« Un jour, je m’apercevrai que je ne me souviens plus de la voix de mon père, un autre jour de la précision de ses traits, un autre jour de son odeur. Jusqu’à ce que ne subsistent que quelques images, arrachées au temps, à l’oubli, à la perte. »Rêve d’amour de Laurence Tardieu

Le projet…

20 minutes chrono part du principe même de Matière Première : nous avons 20 minutes pour exister en tant que compagnie. Bien. Qu’allons-nous bien pouvoir en faire ? Et que restera-t-il de nous après ? Qu’est-ce qui est vraiment important ? Et, en fait, si c’était les 20 minutes qu’il nous restait à vivre ? Les 20 dernières de notre vie. D’être humain. D’artiste. Qu’allons-nous faire ? Et vous, que ferez-vous ? Est-il possible de dire ou de faire quelque chose de valable en 20 minutes ? Et surtout quel restera-t-il de moi, de vous, après ?

20 minutes chrono est né de la nécessité de parler de la (non-)nécessité des choses et de dire les choses (ou de ne pas les dire…) En plus de cela, la proximité de la mort rend la parole essentielle et l’action urgente.

20 minutes chrono, en s’inspirant des témoignages de chacun (peu importe qu’ils soient vrais ou pas), est constitué de rêves, de souvenirs, de petites vérités et de grands riens, d’histoires drôles et surtout de questions. Tout se passe comme une suspension…

20 minutes nous rappelle aussi à quel point la gravité nous rattache à la terre. Nous parlons de cette tension qui régit notre vie : le ciel et le sol, l’envol et le tomber ; et au milieu des deux, l’essai, la tentative.

 « Ce qui me fait le plus peur dans la mort c’et d’imaginer que je ne pourrai plus toucher la peau de Hans. Plus de contact. C’est terrible… » Delphine 60 ans
«  Le temps qui passe c’est l’approche d’une fin… » Robin, 17 ans

Création pour Matière Première, vitrine des jeunes compagnies vaudoises, Arsenic, 2008
avec: Emilie Vaudou, Aurélien Patouillard, Léonard Bertholet, François Karlen, Selvi Purro, Anne-Sophie Rohr, Marie-Jeanne Rohr, …

« Ce que nous faisons dans nos vies résonne dans l’éternité » Ridley Scott pour Gladiator

 «  Ma vie n’est courte que si je la place sur le billot du temps. Les possibilités de ma vie ne sont limitées que si je compte le nombre de mots ou le nombre de livres auxquels j’aurai le temps de donner le jour avant de mourir. Stig Dagermann

rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide